lundi 14 mars 2011

De l'Energie sur cette Terre


Je lis sur le monde.fr que deux explosions se sont produites ce lundi au niveau du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Fukushima N°1, accidenté à la suite du séisme et du tsunami de vendredi dans le nord-est du Japon et, plus loin dans le même article que près de deux millions de foyers sont privés d'électricité dans le nord du pays, où les températures sont hivernales, et 1,4 million d'habitations n'ont plus d'eau courante.

Rappelons que le Japon fait partie des trois plus gros producteurs d’énergie nucléaire au monde (55 réacteurs dans 17 centrales) mais que ce pays a aussi la particularité de se situer sur l’une des principales failles terrestres de la planète.


Au-delà de l’aspect dramatique de ce qui se passe et de ce qui pourrais se passer (chacun se remémore Tchernobyl) , nous pouvons nous poser la question : Est-il possible de produire autrement l’énergie dont nous avons besoin pour vivre sur notre Terre ?
Je n’y connais pas grand-chose dans ce domaine mais je m’intéresse à ce que je vois ici et là.

En m’arrêtant à Entrevaux il y a quelques semaines, j’ai pu admirer une ancienne turbine extraite et restaurée en 2008 de l’ancienne centrale hydro-électrique de la Chalvagne. (Alpes de Haute-Provence). Vous pourrez lire sur mon blogue Saison 2 de "Méailles et ses environs" l’histoire de cette réalisation que l’on doit au curé de la paroisse de Braux au début des années 1900.

Son auteur, président de l’APPE( Association Pour la protection du Patrimoine Entrevallais) termine ainsi son texte affiché prés de la turbine exposée: « De nos jours les chefs d’états essaient de se mettre d’accord pour réduire l’effet de serre.L’abbé Paul Augier avait-il un siècle d’avance ? Construire et produire de l’énergie renouvelable et de proximité, il fallait y penser !Merci les anciens. »
Un autre exemple, lu sur le blogue de la Conseillère générale du 7ème canton de Nice montre que d’autres initiatives eurent lieu dés 1909 . Ainsi à Nice, l’ingénieur Marius-Paul Otto, inventeur de l’ozonation, avait pourvu la première usine de production d’eau potable de Rimiez d’une turbine sur l’eau brute dès 1909. D’ailleurs aujourd’hui ces aménagements hydroélectriques se poursuivent dans le cadre d’un programme de production d’énergies renouvelables non polluantes (…) en utilisant « le réseau d’eau potable de la ville de Nice pour produire de l’électricité par la mise en fonctionnement de quatre micro turbines. Deux d’entre elles sont opérationnelles, l’une à Cap de Croix et l’autre à Rimiez. Source : boymottard.wordpress.com

Dans ces deux exemples, on utilise donc les atouts que nous donnent la nature – le relief et l’eau abondante venant de la montagne- pour produire de l’énergie.

D’autres possibilités existent. Ainsi de l'énergie photovoltaïque. (En France, le crédit d'impôt sur les panneaux solaires vient d’être réduit de moitié en 2011…).
Savez-vous qu’une heure de soleil sur terre correspond à toute la consommation d’énergie (électricité, charbon, pétrole, nucléaire….) utilisée par l’humanité sur la planète en une année !
Photos: Entrevaux,Photos Louis-Paul Fallot-2010

12 commentaires:

  1. Merci, LP. Je suis souvent impressionné par une qualité chez toi : ta capacité à poser des sujets avec une simplicité qui emprunte presque à la sagesse. Merci, vraiment !
    La manière dont tu fais lien avec les risques nucléaires me parle, parce que je ne le savais pas et l'ai découvert en te lisant, je pense en fait ceci : mais bordel, c'est quoi cet Homme qui se met en danger à ce point ?
    Sans être un spécialiste non plus, ce que je note, c'est que ce pays s'est pris Hiroshima et maintenant ça. Ca fait beaucoup !
    Ceci a sans doute amené cela, je pense.
    Hiroshima, nucléaire, dissuader les autres.
    Puis ne pas dépendre du pétrole, croissance économique. Donc investissements. Car conscience de cette fragilité sismique.
    Un côté Titanic qui va se vautrer contre l'iceberg.
    Un exemple, de plus, qu'il est temps pour cet Homme, qu'il soit d'Europe, d'Amérique, d'Afrique ou d'Asie, de revoir son logiciel énergétique. Et son logiciel économique, puisque les guerres sont là, de nos jours.
    Opter pour l'intelligence des énergies de proximité, des énergies naturelles, n'est-ce pas en même opter pour une forme de paix ?
    La plus belle : celle que l'homme déciderait en toute conscience de faire avec lui-même.

    RépondreSupprimer
  2. Ah Didier en passeur de pommade amicale, ça l'fait !

    Vous connaissez quelqu'un qui ne serait pas d'accord avec des énergies de proximité, naturelles, à moindre risque ? Tout le monde est d'accord.
    Seulement, il faut toujours démarrer de l'endroit où on est. Et aujourd'hui, développer tout ça coûte. Et comme vous, je crois qu'on devrait tous en payer le prix. Mais le citoyen a ceci de bizarre qu'il veut toujours faire payer les autres.
    Aujourd'hui l'énergie coûte entre 30 et 50% moins cher en France que dans des pays équivalents sans énergie nucléaire. Si, demain matin, on veut voir nos factures prendre l'ascenseur, fonçons. Pour ma part, j'y suis prêt. D'ici là, je fais gaffe à ce que je consomme et à mon mode de vie. C'est déjà pas mal.

    RépondreSupprimer
  3. Non Claudio, "tout le monde" n'est pas d'accord!
    Sinon nos gouvernants auraient plus de vision à long terme. Ils écouteraient d'autres sirènes que celles des sondages et auraient d'autres objectifs que ceux de se faire (ré) élire.
    Ce serait des hommes d'Etat en somme, (je me risque à un peu d'humour) une espèce de plus en voie de disparition.
    PS: je n'ai pas pris le commentaire de Didier pour de la "pommade amicale" et j'avoue que je suis sensible à ce que l'on dit de mes textes, photos. Cela me permet de progresser, et si mes Notes permettent de cultiver cet esprit ouvert (auquel je dois tant), c'est ma plus belle récompense.

    RépondreSupprimer
  4. @ Claudio : je pense aussi que les lobbyistes ne sont pas d'accord. Ca commence à faire du monde, tout ça ! Pour le reste, le plus cher, je veux bien des infos. Pas convaincu de ça.
    @ Lp : tu as bien pris :-)

    RépondreSupprimer
  5. ça devient courant que mes commentaires se perdent ici ;-)

    Didier, je t'envoie une étude par mail, qui n'inclut pas l'Italie pour laquelle j'ai des sources personnelles.
    Louis-Paul, nos dirigeants, moi, je les plains et je n'aimerais pas être à leur place à se coltiner une opinion publique versatile, immature, ronchonne et jamais contente. La même qui veut qu'on lui dise la vérité et qui, dès qu'on la lui dit, refuse de croire et de faire sa part d'effort.

    RépondreSupprimer
  6. Mais tu sais bien qu'ils ne disent pas la vérité, Claudio :-) Et si tu ne le sais pas, il est grand temps que tu l'envisages !!!
    Bon, ceci dit, je n'ai peut-être pas bien interprêté de quels dirigeants vous parlez :-)
    Les qui font semblant de l'être dans les ministères and co ou les autres, les vrais ? ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour le conseil Didier. J'ai tant à apprendre encore.

    RépondreSupprimer
  8. Nous en sommes tous là et heureusement mon ami :-)
    Manquerait plus qu'on ait des certitudes et des avis tranchés sur tout... ;-)

    RépondreSupprimer
  9. C'est ce que je me tue à répéter : Le doute c'est la grande ouverture d'esprit et l'humilité la porte ouverte à l'évolution.
    Mais personne ne veut me croire.

    RépondreSupprimer
  10. "personne ne veut me croire".Pauvre Claudio...
    Et pauvre LP: Tous les musées ferment le mardi, c'est bien connu! Hé ben non, le MAMAC c'est lundi relâche!!!

    RépondreSupprimer
  11. Le séisme des cœurs

    Je vous parle de fraternité
    Et vous me renvoyez à la dure réalité
    Aux plaques tectoniques
    de notre écorce cérébrale…
    Aux tremblements des peurs
    Et au déferlement des pleurs
    Et la terre continue de trembler et de nous faire trembler…
    Et un beau jour… ou peut-être une nuit… on décide de ne plus trembler… et on se met à bouger…
    à prendre le large au lieu de subir les vagues successives de cette nature imbécile…
    Oui…oui on ne peut pas changer les lois de la science physique mais on peut changer de politique…
    parce que là, il ne s’agit plus de science mais de conscience…
    cette petite flamme qui tremble et qu’aucun vent ne peut éteindre…
    ma conscience politique… qui voudrait avant de mourir assister à l’éveil d’une autre conscience…
    d’autres consciences, à une sorte d’effervescence… vive la révolution des consciences.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/seisme/

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails